Ils témoignent de leur parcours

Christophe D., Master Contrôle de gestion

Dans quel contexte avez-vous engagé la démarche de VAE ?

« Je venais d’être licencié dans le cadre d’un plan social. J’ai entrepris ma démarche de VAE afin de m’aider à retrouver un nouvel emploi à un niveau au moins équivalent à celui que je venais de quitter.

J’avais une formation très opérationnelle, équivalent licence, d’un institut de formation qui est peu reconnu sur le marché du travail et j’étais bloqué dans mon évolution professionnelle.

Je devais acquérir un socle de connaissance qui me manquait, j’ai choisi le master de Paris-Dauphine pour son excellente réputation »

Comment avez-vous vécu la phase de réalisation du dossier ?

« Je l’ai trouvée particulièrement difficile. J’ai choisi d’être accompagné afin de bénéficier de conseils dans la rédaction du dossier de validation, tant au niveau de la forme que du contenu.

L’accompagnement m’a permis de mieux synthétiser mes différentes expériences professionnelles, ce qui m’a aussi aidé lors de mes entretiens de recherche d’emploi. »

Le passage devant le jury :

« J’étais particulièrement impressionné lors du passage devant le jury en raison de la notoriété du responsable du master. Je devais en 30 minutes mettre en avant mon expérience professionnelle et je ne savais pas réellement ce qu’elle valait.

Après mon exposé, les questions posées furent assez générales mais toujours bien ciblées par rapport à mon parcours. J’ai répondu avec honnêteté y compris lorsque je mettais en évidence un manque de connaissance mais cela permet au jury d’adapter la prescription.

J’ai obtenu une validation d’environ 2/3 du diplôme, ce qui fût valorisant à titre personnel et suis certain que je n’aurais pas obtenu un tel niveau de validation sans l’accompagnement.

Les cours que je devais valider m’ont semblé bien correspondre au socle de nouvelles connaissances que je devais acquérir. »

Et ensuite :

« J’ai donc repris les études à Dauphine comme un étudiant « normal » afin de valider 3 cours et le mémoire.

La charge de travail est intense notamment en raison du travail en groupe qui est demandé, nécessitant une certaine disponibilité. Cependant quel enrichissement ! »

Bilan :

« Ce diplôme a été un atout indéniable dans mon retour à l’emploi. Aujourd’hui, et dans un premier temps, j’ai retrouvé un poste identique à mon ancien emploi dans le secteur d’activité que je recherchais en priorité.

Toutefois, ce poste, je le vois et je travaille différemment compte tenu de ma nouvelle vision de la fonction et de celle maintenant complète de l’entreprise.

Je n’ai aucun doute sur mes perspectives d’évolution à moyen terme, sachant que je peux désormais postuler à des niveaux de responsabilité plus élevés.

Je mettais beaucoup d’espoir dans ce projet et à aucun moment je n’ai été déçu. »

Florence C. , Master Banque et finance

Quelles raisons vous ont poussé à engager la démarche de VAE ?

« J’ai commencé la démarche de VAE à un moment où j’avais le sentiment que ma carrière professionnelle allait stagner. Jusqu’alors, je pensais que mon expérience et ma motivation compensaient mon manque de diplôme. De formation initiale BAC + 2 et ITB, je commençais pour la première fois de mon évolution professionnelle à être en concurrence avec des Bac + 5. Ce diplôme me semblait nécessaire pour relancer ma carrière. »

Comment avez-vous perçu la phase de réalisation du dossier de validation ?

« Comment transposer mon expérience professionnelle en acquis ? Cela a nécessité de prendre du recul. Je devais raisonner non plus dans une démarche opérationnelle mais m’interroger sur le sens de mon travail, inscrire mon activité dans un cadre plus large. L’accompagnement a été essentiel pour me faire prendre conscience de l’ampleur du travail à fournir, ainsi que de mes lacunes. Le travail de VAE m’a permis de repérer mes faiblesses, la principale étant une vision partielle et quasi exclusivement opérationnelle.»

Quelles ont été vos impressions lors du passage devant le jury ?

« Grâce à l’accompagnement, j’ai eu le sentiment d’être bien préparée. Je m’attendais et je souhaitais une validation partielle.»

Et ensuite, quels furent les apports du travail complémentaire demandé pour l’obtention de la validation totale ?

« Essentiels ! Les matières que le jury m’a demandé de suivre étaient théoriques, c’était précisément ce qui me manquait.

BILAN :

Quelle a été la place de la VAE (et du diplôme obtenu) dans votre évolution professionnelle et personnelle ?

« La partie la plus difficile a été la réalisation du dossier écrit et la préparation de l’oral de VAE. J’ai pris conscience que ma démarche professionnelle était plus orientée exécution que réflexion. Grâce au diplôme, j’ai gagné en professionnalisme. Avant, pour traiter un dossier, je proposais une solution que j’avais déjà mise en œuvre sur un précédent dossier, je faisais appel à mon expérience. Maintenant, je sais qu’il existe plusieurs méthodes pour traiter un dossier. Je sais pourquoi certaines ne sont pas pertinentes et je sais argumenter sur celle que je propose. »

Et si c’était à refaire ?

« Je le referai tout de suite ! La formation a été un vrai plaisir ! J’ai enfin pu mettre les choses en relation les unes avec les autres. J’ai compris le sens de certains concepts.

Sur le plan personnel, je suis désormais plus à l’aise. Je suis entourée dans mon cercle amical et familial de gens très diplômés et je suis ravie de faire partie du sérail ! »

Christine R, Licence de gestion de patrimoine

Quelle était votre motivation pour vous lancer dans la démarche ?

« Je me suis lancée dans la VAE pour rattraper le temps perdu des études que je n’ai pas pu faire dans mon enfance, et pour valider un parcours professionnel de 20 ans chez AXA »

Quelles ont été vos impressions lors de la phase de réalisation du dossier de validation ?

« Ce fut un travail de recherche, tant sur le plan professionnel que sur moi-même, identifier mes connaissances, les retraduire, réfléchir sur mes habitudes de faire au quotidien. J’avais peur de ne pas y arriver, mais n’oubliais pas le but final : réussir. Donc pas le choix, il faut aller de l’avant, du courage, de l’ambition, de la volonté. »

Le passage devant le jury, et les cours :

« J’ai validé la moitié du diplôme. J’ai pu effectuer le cursus non validé en deux ans, ayant peu de temps disponible. Les cours que j’ai suivis m’ont permis d’approfondir et d’acquérir de nouvelles connaissances. C’était une charge de travail importante qui venait s’ajouter à mon activité professionnelle. Et pourtant ce fut très motivant, et avec une activité réduite en temps, la performance a été au rendez-vous.  Cela tue aussi la routine et l’ennui. »

Bilan :

« Cette VAE m’a ouvert des horizons sur la suite de ma carrière, m’a fait gagner de l’assurance : notamment face à mes clients, et cela s’est traduit par une augmentation significative de mon chiffre d’affaires. Et si c’était à refaire, je le referais sans hésiter. »